Sexo : les gays « passifs » risquent-ils de contracter plus d’IST ?

Publié le : 23 février 20223 mins de lecture

Les chiffres statistiques de ces dernières années démontrent que les risques de contracter des IST sont plus importants chez les gays passifs que chez les gays actifs, les lesbiennes et les hétérosexuels. Quelles sont les raisons de ce taux élevé de contraction de MST chez les gays passifs ? Est-ce à cause de la nature même de leurs pratiques sexuelles ou plutôt un manque de prudence ?

Les relations sexuelles non protégées

Que les homosexuels se rassurent ! Les Infections Sexuellement Transmissibles ou IST ne sont pas homophobes ! Il n’est pas vrai que les lST frappent davantage les gays passifs plus que les autres ayant une orientation sexuelle différente juste parce qu’ils subissent les manœuvres de leurs partenaires pendant l’acte. La cause principale du risque élevé de transmission d’IST chez le gay passif est, en réalité, le rapport non protégé. Le partenaire actif peut en effet se passer du préservatif pour avoir un maximum de plaisir. Or, le passif avec qui il s’adonne au plaisir de la chair peut ne pas être le seul à avoir droit à des rapports sexuels avec lui. La transmission d’infection ou maladie est ainsi possible dès que le partenaire actif a une primo-infection par des bactéries ou virus.

À parcourir aussi : Où faire un test de VIH 100% gratuit, sans rendez-vous et sans ordonnance ?

La pratique du sexe oral

Le sexe oral a une place prépondérante dans l’acte sexuel quand il est question d’homosexualité. Ceci est évident pour les lesbiennes. Pour les gays passifs, il faut savoir qu’il y a certains nombres d’entre eux qui n’aiment pas la pénétration anale. Ils privilégient alors les caresses et le sexe oral pendant l’acte sexuel. L’usage de la fameuse digue dentaire est plutôt rare. Peu de personnes connaissent en effet cette protection nécessaire pour le sexe oral. Or, les caresses buccales sans protection expose celui qui le donne à des IST comme l’herpès, le papillomavirus, l’infection à chlamydia, la syphilis… La transmission du VIH est également possible si le partenaire actif a une primo-infection ou séropositive et que la muqueuse buccale du gay passif présente des micro-lésions.

Nous vous recommandons : Safe sex : quelles sont les pratiques sexuelles vraiment sans risque ?

Rapports sexuels avec plusieurs partenaires actifs

Nombreux sont les gays passifs qui ont des rapports sexuels avec plusieurs partenaires. À la différence des femmes qui font l’amour avec des hommes, les gays ont cette garantie de ne jamais tomber enceinte. Certains multiplient alors les aventures sexuelles, se passent des préservatifs et mettent ainsi leur santé en péril. L’homosexuel qui agit ainsi s’expose à un risque important de contracter des IST. En somme, les causes d’un taux élevé de contraction d’MST chez les gays passifs sont le manque de prudence, non les pratiques sexuelles en elles-mêmes.

Faire des rencontres gay en ligne
Lieux de rencontre LGBT à Nantes

Plan du site